Mon arrivé en ville

Avant de vous parler de mon arriver en ville, je vais vous parler de la route qui ma conduit jusqu’ici. Quel belle route, j’ai adoré faire cette route, presque pas de cote, une route très rapide puisque le pavé était en très bonne état pour la plus grande partie du chemin, mais ce qu’il y a de plus beau c’est de voir les couleurs lorsque le soleil ce lève dans les montagnes, c’était vraiment très beau à voir, avec l’air très fraîche du matin, c’était un plaisir profond que j’ai eu de parcourir tout ce chemin. Et la cerise sur le gâteau et bien la ville de San Nicolas, une charmante petite ville d’une tranquillité palpable, tout de suite je mis suis senti à mon aise, comme si j’y avait demeuré auparavant. Les couleurs étaient vibrante, ça faisait ressortir toute sa beauté, les gens semblaient tellement calme que ça transpirait partout, mais malheureusement j’avais une autre idée dans la tête, la ville de Challan.

La ville de San Nicolas m’avait tellement fait d’effet que j’ai oublié de prendre la bonne route qui m’aurait fait arrivé dans le milieu de Chillan, mais lorsque je suis arrivé, j’étais trop haut, et en plus tout ce qu’il y avait comme route c’était une autoroute que je ne pouvais pas prendre avec mon vélo, oups ! problème…..Ok ! qu’est-ce que je fais ? pas de panique, j’ai demandé à quelque personne qui était là et ils m’ont toute dits que je ne pouvais pas prendre cette route et qu’il n’y avait aucun option autre que l’autoroute, ça va mal. Je suis retourné près de mon vélo et j’ai laissé la poussière descendre un peu, au même moment j’ai vu un camion de la police, je leur es fait signe et je leur est posé la même question, si je pouvais prendre l’autoroute, même réponse. J’ai continué à demandé et à presque supplier et après plusieurs minute l’un deux ma dit qu’il me donnais la permission, mais qu’il fallait faire très attention et ça il me la répetter plusieurs fois, mais comme je n’avais pas de choix, je leur es dit merci et je suis parti…Ils avaient bien raison de me mettre en garde, c’était fou ! Pour la première fois je me suis senti pas à ma place avec un vélo.

Je me suis finalement débrouillé, ça été long, trop long pour moi, je me suis dit: Mais qu’est-ce que tu fou là ! J’avançais à pas de tortue, la circulation très intense me bousculait de tout coté, il ne fallait pas paniquer et petit à petit j’ai rejoins la Place d’Arme ( centre de la ville ) J’essais toujours d’aller vers les Plaza, toujours plus facile de trouver une chambre. Mais ce fut ardu de trouver quelque chose, j’avais beau demandé mais personne ne semblait savoir ou il y avait un hôtel ou hostel, mais à force de tourner autour de la Plaza, j’ai finalement trouver quelque chose, ce n’est pas du luxe, mais j’ai appris que lorsque tu a de l’eau chaude et internet ici, c’est du luxe, alors.

Je pense y rester pour deux nuits pour essayer de trouver c’est quoi le problème avec mon téléphone et faire quelque photo. Il me faut trouver une route pour sortir de cette ville aussi, c’est ce que je vais faire. Mon espagnol s’améliore de jour en jour, maintenant c’est plus facile de me faire comprendre, malgré que lorsque les gens me parle vite, c’est encore difficile, je leur dit de parler un peu plus lentement et ça va. Ici il pense tous que je suis Brésilien, sans doute à cause de mon bronzage qui deviens de plus en plus foncé, lorsque je leur dit que je viens du Canada il ne me croit pas.

🙏🏻

Rémi tremblayCommentaire