Felipe

Lorsque je suis arrivé à Melipilla, je me suis dirigé vers un camping pas trop loin, mais encore trop loin pour moi puisque j’étais rendu au bout de mon rouleau, mais j’ai quand même facilement trouvé. Mais lorsque je suis arrivé tout me semblait fermé et malheureusement c’était bien le cas, une dame ma dit d’aller voir Felipe tout près de la piscine, mais comme je me dirigeais vers lui il ma bien vu, de tout façon comment me manquer avec une barbe comme ça.

On sait présenté et il ma tout de suite parler en anglais, pas le choix avec mon espagnol toujours en apprentissage. Un jeune homme très bien éduqué, avant même de savoir si j’avais une place ici, il ma dit comment il avait appris l’anglais et un peu les difficultés de sa vie. Mais après plusieurs minute j’ai du l’interrompre pour savoir si je pouvais couché ici ce soir. Il a jeté un coup d’oeil sur mon vélo et ma demandé quel était ma destination, le plus loin que possible au sud, il a bouffé de rire en disant bonne réponse. Il ensuite dit que le camping était fermer parce qu’il attendait des papiers du gouvernement pour l’ouvrir, mais que parce qu’il ne voulait pas me laisser coucher dans la rue, il allait me permettre d’y dormir ce soir…Merci ! Felipe

C’était bien, sauf bien attendu un douche très très glaciale, mais pour un gas qui a eu chaud toute la journée ça remit les idées en place. J’y étais complètement seul, sauf des jeunes de temps en temps qui venait dans la piscine et quelque chien qui montait la garde, par choix d’avoir de la nourriture et non par plaisirs.

J’ai demandé combien le pris pour la soirée, il ma dit laisse faire, je lui est dit que je pouvais payer et il accepter 1000 pesos, très peu…

J’y est passé une bonne nuits…

Rémi tremblayCommentaire